in

Tourrettes-sur-Loup : un cambriolage tourne au meurtre

Revue de presse – Du 25 mai au 31 mai 2017

Cambriolage qui a tourné au meurtre
Crédit photo : Pixabay

On en sait plus sur le cambriolage qui a tourné au meurtre à Tourrettes-sur-Loup

Un couple de Suisses en vacances dans sa villa de Tourrettes-sur-Loup, située dans un quartier tranquille en pleine campagne, est réveillé par des bruits : quelqu’un tente de s’introduire chez eux par effraction. Le propriétaire détient une arme de poing et décide de s’en saisir. Il se retrouve face au cambrioleur, encagoulé, ganté. Parce qu’il se sent menacé, il fait feu et touche le cambrioleur qui prend la fuite. Le couple prévient alors les secours qui arrivent après 15 minutes. Une fois sur les lieux, ils découvrent le cambrioleur blessé. Malgré leurs efforts, ils ne pourront rien faire pour lui, la blessure est trop grave, il décède.

Une double enquête est ouverte, pour flagrant délit de meurtre et tentative de vol. En dépit des circonstances, se pose la question de la légitime défense. La présomption de légitime défense semble pourtant correspondre à l’article 122-6 du Code pénal :

Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l’acte :

1° Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ;

 2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

Imaginez la scène.

Vous êtes dans votre villa avec votre épouse, seuls. Car en pleine campagne, vous n’avez personne sur qui compter. Vous dormez paisiblement lorsqu’à 4 heures du matin de grands bruits vous réveillent en fanfare. Une ou plusieurs personnes tentent de s’introduire chez vous par effraction, certainement pas pour vous offrir des croissants.

Vous êtes armé, alors vous décidez de vous saisir de votre arme afin de vous protéger, vous et votre femme. En pleine nuit, vous ne connaissez pas les intentions de ceux qui veulent entrer chez vous. Pourtant, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que leurs intentions sont manifestement mauvaises. Quand vous vous retrouvez  face à un cambrioleur, ganté, encagoulé, la peur vous envahit et vous craignez de voir débarquer le reste de la bande, prête à vous faire la peau si ça peut lui rapporter quelque butin. C’est alors que vous voyez bouger l’ami du petit-déjeuner, pardon, l’intrus, vous tirez et le touchez. Sans intention de tuer, simplement pour vous défendre et le faire fuir, lui et ses éventuels complices.

Essayez de vous plonger dans cet état de stress, de peur.

De plus en plus de cambriolages se déroulent dans une violence inouïe. Les victimes sont attachées, torturées, dans le but de leur extorquer code de carte bancaire et caches abritant bijoux et espèces. Il semble légitime de craindre pour sa sécurité, sa vie et de ne pas réfléchir aux interprétations juridiques de la légitime défense. La propriété privée doit être un lieu sanctuarisé et permettre, si vous vous sentez menacé, de vous défendre sans vous retrouver sur le banc des accusés, point final.

Les secours ont mis 15 minutes à arriver sur les lieux : 15 minutes ! Imaginez ce qu’un ou plusieurs individus mal intentionnés peuvent vous faire endurer pendant 15 minutes pour vous obliger à parler. Pêle-mêle, vous pouvez être tabassé à coup de poings, de crosse, torturé au chalumeau, au fer à souder, au couteau ou encore aspergé d’essence. On peut s’en prendre à votre épouse ou à vous-même pour terroriser votre moitié, vous faire craquer et parler. Ces minutes vous paraîtront des heures. De plus en plus de braves gens vivent un tel calvaire sans pour autant émouvoir les associations droit-de-l’hommistes, les juges ou, pire encore, l’Etat supposé assurer notre protection en échange de nos impôts.

Ce qui s’est passé est dramatique.

Encore plus dramatique, c’est que l’Etat laisse cette délinquance prospérer comme jamais alors qu’il harcèle les honnêtes citoyens en les obligeant à se justifier d’avoir défendu leurs vies. Pendant que les juges s’adonnent au petit jeu de l’inversion accusatoire, bafouant le code pénal bien plus répressif qu’il n’y paraît, il n’existe aucune politique visant à réduire de façon drastique les cambriolages. Ni en prévention, ni en répression, encore moins au niveau des effectifs. Sur ces trois volets, je propose 13 mesures à destination de l’Etat pour mettre un coup d’arrêt à cette forme de délinquance.

Nice Matin

Un cambriolage à plus de 33 000 euros

Un flagrant délit de cambriolage, un suspect interpellé sur trois auteurs et 33 000 euros de préjudice. Et un séjour à l’hôpital pour le suspect qui s’est mis à vomir du sang après son interpellation. En bref, il avait avalé un sachet de résine de cannabis qui s’est percé : aïe !

78 Actu

Un cambriolage, un incendie et deux restaurants hors d’état

Le Restaurant La Casa Nostra a été la cible d’un cambriolage. Après avoir fracturé une fenêtre et le coffre-fort, les voleurs ont mis le feu à l’établissement lorsqu’ils ont découvert la présence de caméras de surveillance.

Un octogénaire habitant juste en dessous a pu être secouru à temps.

En définitive, l’incendie a mobilisé plus de 20 pompiers qui ont fini par le maîtriser. Un autre établissement, également situé en dessous, a été détérioré par les écoulements d’eau et devrait rouvrir dans quelques jours. En revanche, La Casa Nostra a été ravagée par les flammes et sa remise en état demandera plusieurs mois de travaux.

Le pouvoir de nuisance des cambrioleurs dans toute son horreur. Fort heureusement, il n’y a aucune victime à déplorer. Toutefois, combien de salariés vont se retrouver au chômage pendant la fermeture du restaurant ? A chaque cambriolage, l’Etat est pris en flagrant déni de justice et se révèle complice en raison de son inaction. C’est scandaleux, inacceptable, irresponsable de la part de nos gouvernants de laisser agir cette délinquance en toute impunité. La conséquence est très concrète, les honnêtes gens sont jetés en pâture aux criminels et juste bons à payer des impôts. Ces mêmes impôts qui paieront les coûts pharaoniques des procédures d’enquête, de justice et les courts séjours en prison de ces brigands.

Le Dauphiné

Cambriolage violent chez une handicapée

Deux hommes de 26 et 35 ans s’en prennent à une femme de 67 ans, handicapée de surcroît, lors d’un cambriolage à Toulouse. Le fils qui rendait visite à sa mère est tombé nez-à-nez avec eux. Ils l’ont violemment tabassé… La loi de la jungle… Sauf que dans la jungle, chaque plante, chaque espèce, a une utilité. A quoi peuvent bien servir deux individus qui s’attaquent à une personne âgée, handicapée ? Que peuvent-ils donc apporter de positif à la société ?

Ces individus n’ont rien à faire dans la société. C’est en principe le rôle de l’Etat de protéger ses citoyens contre la menace qu’ils représentent. Mais nos dirigeants préfèrent ne rien faire.

La Dépêche

Réveillés par le cambriolage de leur maison

Un couple est réveillé dans la nuit par le bruit d’une porte enfoncée. Terrorisés, ils n’osent pas descendre voir ce qui se passe à l’étage inférieur.

Un suspect est interpellé par les policiers à la sortie d’un sentier proche de cette habitation. Il possède le téléphone portable de la victime sur lui et ses empreintes de chaussure sont sur la porte enfoncée. Jugé deux jours après les faits, il conteste en être l’auteur. La Présidente lui rappelle les faits et les preuves. Exaspéré par les insinuations du suspect au sujet d’un piège des policiers, le procureur réclame 18 mois de prison ferme.

Le suspect possède un casier judiciaire riche de 27 condamnations, dont 19 pour vol ! L’avocat de la défense demande de considérer son client « autrement que sous le prisme de son casier judiciaire ». Il écope finalement de 12 mois ferme.

Ce genre de procès est l’illustration parfaite qu’on marche sur la tête. Les preuves sont accablantes. La ligne de défense du suspect : c’est pas moi, m’ssieur l’juge, j’vous jure. Son avocat demande de le voir autrement que par son casier… S’il a des pistes sur la façon de le voir autrement, qu’il parle ! Parce qu’avec 27 condamnations, on peut difficilement lui accorder le bénéfice du doute et le voir autrement qu’en récidiviste chevronné. Et il est condamné à 12 mois ferme… En clair, dans 6 mois, il est dehors et recommencera à voler.

On ne peut pas continuer comme ça, cette voie de la tolérance est une impasse et mène droit dans le mur. A priori, tout le monde a droit à une deuxième chance, mais une trentaine de chances, ça confine à l’absurde. C’est à l’Etat de faire en sorte que délits et crimes ne deviennent pas la norme mais l’exception.

La Voix du Nord

Cambriolage à Distroff : les propriétaires nez à nez avec les voleurs

Quelques instants suffisent pour se faire cambrioler. La preuve avec ce couple de Distroff.

En regagnant leur domicile vers 10h15, le mari tombe nez à nez avec un cambrioleur qui lui fonce dessus et lui assène un coup de coude au visage pour s’enfuir. Cela casse ses lunettes. La femme tente d’agripper le deuxième, mais, armé d’un tournevis, il la blesse en la poussant violemment.

Un complice les attendait dans une voiture à l’extérieur, ils prennent la fuite et malgré un très important déploiement des forces de l’ordre sur le terrain ils ne sont pas retrouvés.

J’entends parfois des gens me dire que les cambriolages ont toujours existé et qu’il y a les assurances pour régler le problème. Les maladies ont toujours existé, ce n’est pas pour autant qu’on arrête de soigner les malades ! Quant aux assurances, elles ne peuvent pas se substituer à l’absence de politique de lutte contre les cambriolages. De plus, que peut faire une assurance quand vous êtes confrontés aux cambrioleurs et qu’ils vous blessent comme dans cette histoire ? Les cambrioleurs hésitent de moins en moins à vous séquestrer et vous tabasser dans le but de vous extorquer votre code de carte bancaire et les endroits où vous dissimulez bijoux et espèces.

Il est urgent de régler le problème à la source et de mettre en place une vraie politique de lutte contre les cambriolages. Parce que ce n’est pas avec de la communication et la poudre aux yeux de l’Opération Tranquillité Vacances que les cambriolages seront stoppés. Il faut des mesures ambitieuses pour régler le problème. Avec plus d’un million de délits commis chaque année concernant les logements, les chiffres parlent d’eux-mêmes : ça ne fonctionne pas.

Le Républicain Lorrain

Montpellier désemparé face aux mineurs isolés

Une situation complètement ubuesque à Montpellier qui découvre, après Paris, la délinquance de très jeunes mineurs, sans parents, domicile ou pays connus.

Ils volent, cambriolent, squattent des habitations et ne sont absolument pas inquiétés. Les policiers sont désemparés car ils les arrêtent avant d’être aussitôt relâchés. Même les magistrats ne font qu’appliquer les procédures et sont eux-mêmes dans une impasse.

Ces mineurs soi-disant isolés sont très bien renseignés sur les failles juridiques du système français. Qui plus est spécifiquement à Paris et à Montpellier. En effet, ils devraient se déclarer en arrivant sur le territoire auprès de la Police de l’Air et des Frontières, et l’Etat devrait les prendre en charge.

Dès lors qu’ils ne se signalent pas, ils ne sont pas aiguillés par la cellule d’urgence qui les dirigerait vers le conseil départemental, censé offrir un hébergement, soit en foyer social, soit dans des hôtels avec des tickets restaurants pour se nourrir dans le cas où les foyers sont saturés, comme ici.

C’est donc l’histoire du chat qui se mord la queue. Comment de très jeunes mineurs étrangers peuvent connaître cette faille ? Ne sont-ils pas sous la coupe d’organisations mafieuses qui les exploitent car ils ne risquent rien pénalement ? La question mérite d’être posée et le problème étudié rapidement pour y apporter une solution.

Le Parisien

L’agression de Créteil était-elle antisémite ?

Un cambriolage, c’est violent et n’a rien d’anodin. On ne règle pas le problème d’un cambriolage avec des astuces. Un cambriolage, ça marque à vie.

Celui subi par ce jeune couple est vraiment ignoble et appelle une punition exemplaire. Ciblage à caractère antisémite, menace du compagnon avec une arme à dessein de lui extorquer le code de carte bancaire, viol de sa compagne par un malfaiteur… Ils étaient trois.

L’Etat ne protège plus. La sécurité n’existe plus. Il faut une grande prise conscience pour traiter ce fléau avec courage, audace et fermeté. Le nouveau Président et sa probable majorité devront marcher vite pour régler ce problème. On attend quoi pour enrayer l’épidémie de cambriolages ?

Le Parisien

Sud-Aveyron : appel à vigilance concernant les cambriolages

La gendarmerie de l’Aveyron alerte la population suite à une hausse des cambriolages et des vols par ruse auprès des personnes âgées. Ces mises en garde sont importantes, certes, mais ce n’est pas en quelques lignes qu’une personne non sensibilisée peut prendre conscience du danger qui la guette.

Les vols par ruse

Les vols par ruse sont aussi nombreux, voire plus nombreux, que les cambriolages chaque année. or, ce n’est pas en conseillant d’être prudent et de ne pas ouvrir sa porte que le problème sera réglé.

Il y a une stratégie préventive à mettre en place en amont pour les contrer. Pour cela, il faut connaître les différents scénarios de ces voleurs « rusés » et comprendre comment les contrer. Tout ceci demande bien plus que quelques paroles ou quelques lignes.

C’est pourquoi j’ai détaillé, dans mon livre, les scénarios, les parades et les méthodes de prévention pour éviter de devenir victime. C’est aussi la raison pour laquelle j’invite chaque lecteur de mon guide à distiller ces conseils à ses proches, notamment aux personnes vulnérables, en particulier les personnes âgées et/ou seules et/ou handicapées. Comprenez bien que la solidarité entre citoyens est une des clés du problème.

Mon guide, une formation au prix d’un livre, est proposé à seulement 22 € port compris sur Barakom. Il permet une application immédiate. Je vous apprends à être plus prudent, plus vigilant, à anticiper. Si vous décidez de mieux protéger votre logement, je vous indique comment choisir les solutions les plus efficaces pour votre logement afin de corriger ses points faibles.

Je ne vous parle que rarement de mon guide dans ces revues mais puisque nous sommes dans un article où la gendarmerie sonne l’alerte, moi aussi je vous alerte.

Un délit touchant aux logements toutes les 30 secondes

La situation des cambriolages et des vols par ruses est cauchemardesque, catastrophique. Si vous ne suivez pas ce fléau comme moi, vous n’avez sans doute pas conscience de son ampleur. En 2015, il y a eu en moyenne, chaque jour, 2 871 délits touchant aux logements. Un toutes les 30 secondes, c’est énorme. Mon guide détaille des moyens, concrets, réalistes et efficaces pour s’en protéger. Ce ne sont pas des pseudo-conseils ou des astuces, mais bel et bien des stratégies d’une redoutable efficacité.

Un cambriolage, un vol, c’est terrible. Pensez donc que des personnes, âgées ou pas, sont attaquées chez elles, séquestrées, tabassées, violées, torturées. C’est vrai que j’en ai un peu marre de voir ce fléau proliférer alors que des solutions existent.

C’était mon coup de gueule de la semaine.

Midi Libre

Deux personnes âgées gazées avant d’être cambriolées en Normandie

Un couple de septuagénaires a, semble t-il, été drogué à l’aide d’un gaz soporifique avant d’être victime d’un cambriolage. En l’espace d’une heure le logement a été complètement saccagé.

La liste provisoire du préjudice est impressionnante

Deux véhicules présents dans le garage, un home-cinéma, les téléviseurs, les téléphones portables, les ordinateurs, des bouteilles de vin et de champagne, du matériel de jardin, des vêtements, des affaires de ski, les papiers d’identité, des liquidités, toutes les clés qui ont pu être trouvées (une centaine dont celles d’autres véhicules), les télécommandes des portails automatiques, le matériel informatique de la société et toute la comptabilité de leur société.

Le préjudice financier sera sans doute énorme. Quid du temps perdu à effectuer les démarches administratives, les changements de serrures, la sécurisation des informations concernant leur société et leur compte, le remplacement de leurs papiers, etc. ? Probablement des mois de démarches.

Usurpation d’identité en vue ?

Le plus inquiétant est la possible usurpation d’identité des victimes car leurs papiers ont été volés ainsi que tous les documents et ordinateurs concernant leur société. Les conséquences de ces actes malveillants pourraient très bien ressurgir dans plusieurs mois ou années… Bon courage pour prouver leur bonne foi auprès des services administratifs.

Ce genre de méfaits, c’est la preuve qu’on ne peut pas miser sa sécurité sur le fait que l’assurance est là pour réparer les dégâts. Tous les éléments sans réelle valeur financière marchande, comme la comptabilité et les ordinateurs de la société, comment les remplacer ? Comment ne pas subir les désagréments d’une telle perte ? Aucune assurance ne pourra vous aider sur ce point si vous en êtes victime.

Mieux vaut prévenir que guérir

Dans ce cas précis, seule une politique de sauvegarde et de prévention permettrait de limiter les dégâts en ayant des copies en d’autres lieux sécurisés. J’explique quoi faire et comment le faire dans mon guide. Seule une bonne préparation peut vous éviter le pire et minimiser les conséquences d’un cambriolage. Ne reportez plus la mise en place d’une véritable politique de prévention et de protection de votre logement car les cambrioleurs peuvent frapper aujourd’hui.

Actu

Des adolescents, cambrioleurs très actifs, arrêtés dans les Yvelines

Quatre adolescents de 15 à 18 ans ont été arrêtés par la police de Conflans-Sainte-Honorine. Elle leur attribue de façon certaine 33 cambriolages commis en 6 mois.

L’explosion des cambriolages dans certaines communes a déclenché une vaste enquête pour remonter jusqu’aux auteurs. Le mode opératoire était toujours le même. Des analyses ADN, des recoupements d’informations, le pointage des téléphones portables sur les lieux des cambriolages ont permis de les confondre et de découvrir, semble-t-il, un réseau beaucoup plus large sévissant dans toute l’Ile-de-France.

Tout va bien.

France 3

Bouches-du-Rhône : un gang armé et violent sous les verrous

Le chien aboie

Vous êtes tranquillement chez vous, votre chien aboie, vous faites l’erreur fatale de lui ouvrir la porte en pensant qu’il souhaite sortir et… vous tombez nez-à-nez avec deux voleurs cagoulés. Au prix d’une lutte acharnée, vous parvenez à refermer la porte. Mais ils brisent une vitre et entrent chez vous avec deux autres complices.

La réalité dépasse la fiction

Dès lors, tout s’enchaîne. Les malfrats vous aspergent de gaz lacrymogène, vous et votre chien. Vous êtes traînée jusqu’à la cuisine et entravée par des liens en plastique. Votre supplice va durer une heure. Une heure pendant laquelle vous serez frappée, menacée de mort. Pour vous, cette heure sera longue, très longue. Pour eux, cette heure leur permettra de fouiller tout votre logement et de s’emparer de vos bijoux ainsi que de vos clés de voiture.

La fin du calvaire

C’est votre mari qui, en arrivant chez vous, provoque la fuite des agresseurs. La voiture mal garée devant chez vous, c’est un complice qui les attend. Ils prennent tous la fuite.

Vous êtes conduite à l’hôpital pour vos blessures et votre aveuglement suite au gaz.

Tout ceci n’est pas l’histoire d’un roman policier, d’une série télévisée ou d’un film. C’est le calvaire qu’a enduré une femme de 56 ans à Marignane, mi-décembre 2016 sur les coups de 20 heures.

Arrestation des criminels

Dans leur fuite, les agresseurs perdent un sac de sport et un sac à dos. A l’intérieur, des liens en plastique, des munitions, des chargeurs, des gants, un cutter et, attention, roulement de tambour… une carte d’identité !

L’enquête est prise en main par la Brigade des vols à main armée de la Sûreté départementale qui va exploiter tous les éléments des sacs. Tous sont identifiés et déjà connus des services de police pour vols à main armée et vols avec violence.

Le 16 mai, un des individus est arrêté avec une arme de poing 9 mm, des cartouches assorties, un pistolet mitrailleur et une Kalachnikov ! Les auteurs ont entre 19 et 24 ans, agissent en gang et n’hésitent pas à faire preuve de violence. Les enquêteurs espèrent que ces arrestations permettront d’élucider d’autres affaires.

Voilà à quoi ressemblent de plus en plus de cambriolages. L’usage d’une très grande violence, des victimes traumatisées à vie et un préjudice irréparable. Ce genre de fait divers (comme ils sont nommés par les journalistes), il y en a tous les jours, dans toute la France.

France 3

Ça vous a plu ? Dites-le !

0 point
Positif Négatif

Nombre total de votes : 0

Positif : 0

Pourcentage approuvés: 0.000000%

Négatif : 0

Pourcentage vote négatif : 0.000000%

Article présenté par

Entrepreneur et artisan depuis 15 ans, Laurent Criado est également fondateur du magazine leguideimmobilier.com et auteur du Guide pratique de l'achat immobilier et du Guide pratique anti-cambriolage.

[g1_socials_user user="1" icon_size="28" icon_color="text"]

Participez à la discussion !

Laisser un commentaire

Chargement…

Chargement…

Commentaires

commentaires

cambriolages à répétition

Cambriolages à répétition à Reims

Une grand-mère braquée

Grand-mère braquée à domicile