in ,

Penser aux cambrioleurs me fait stresser, alors j’évite ça

Les limites du déni de réalité

cambrioleurs et stress
Crédit photo : Pixabay

Vous avez bien raison de ne pas vouloir stresser, mais les cambriolages sont particulièrement graves et inquiétants pour occulter la sinistre réalité.

Quand vous conduisez, vous ne voulez sans doute pas penser à l’accident. Pourtant, vous choisissez peut-être votre véhicule en fonction de son aspect sécuritaire. En cas de choc, vous savez que ce critère peut vous sauver la vie. Parce que vous savez que les accidents n’arrivent pas qu’aux autres.

Pourquoi ne pas adopter la même prévoyance dans le but de vous protéger des cambriolages ? Vous pouvez devenir victime tout à l’heure, ce soir ou cette nuit. S’informer, se préparer, savoir se protéger, c’est un « stress » très faible comparé à un ou plusieurs cambrioleurs qui entrent chez vous en pleine nuit et vous tirent de votre lit dans le but de vous torturer.

Un homme averti en vaut deux

Les cambriolages violents sont légion. De plus en plus souvent, les victimes sont séquestrées, passées à tabac, torturées afin de leur extorquer code de carte bancaire et caches à espèces ou bijoux. Ce ne sont pas des cas isolés. Tous les jours, en France, des cambrioleurs violents commettent leurs forfaits. Des gangs sont démantelés, d’autres les remplacent aussi sec. Voici un exemple, parmi tant d’autres, que je relatais dans une revue de presse : la séquestration et le braquage d’une grand-mère qui gardait sa petite-fille.

Quand des voleurs font irruption à plusieurs chez vous, qu’ils vous attachent, le stress est certainement plus important qu’une simple et furtive pensée. On peut même parler de terreur. Vous savez que vous allez passer un très mauvais moment. Peut-être même y laisser votre vie. Ils s’en prendront peut-être à votre moitié, ou à vos enfants, pour vous obliger à parler. Et même si vous le faites, rien ne vous épargne des violences gratuites.

Si vous ne souhaitez pas stresser ou y penser, les voleurs ne vous oublieront pas pour autant. La meilleure arme qu’ils possèdent, c’est l’ignorance de la population. Personne n’a conscience de l’ampleur du phénomène. Avec un délit touchant aux logements commis toutes les 30 secondes, les probabilités d’être victime sont élevées. Voilà un exemple de violence, très concret. Une femme de 78 ans sauvagement agressée chez elle par 5 individus. Ils l’ont frappée à coups de crosse à la tête, de coups de pieds sur tout le corps. La victime conduite à l’hôpital souffre d’un traumatisme crânien. Le « butin » s’élève à 100 €. Cette femme pourrait être votre mère, votre grand-mère, une amie, une voisine ou vous dans quelques années.

Dans cet horrible cambriolage, il s’agit d’une personne âgée, mais vous êtes plus jeune et ne vous sentez pas concernée. Prenons l’exemple de ce couple de 21 et 19 ans, dont la compagne avait été violée et le compagnon tabassé pour lui soutirer le code de sa carte bancaire.

Un cambriolage violent est comparable à un traumatisme de guerre

Beaucoup de personnes évitent d’y penser. Malheureusement, si vous devenez victime, vous serez plongé en situation de stress sans y avoir été préparé. Même si tout se passe « bien » et que vous n’êtes pas sauvagement agressé, découvrir un champ de bataille chez vous aura raison de votre sérénité. Vous devrez stresser pour effectuer les démarches auprès des autorités, de votre assurance et d’artisans chargés de réparer les dégâts. Savoir que votre foyer a été souillé par un ou plusieurs voleurs vous plongera en état de détresse psychologique. Vos enfant n’arriveront peut-être plus à dormir, auront peur que « les méchants reviennent ».

Et que ferez-vous pour surmonter ce traumatisme ? Sachez que le système judiciaire est fait de telle façon que les victimes sont peu considérées. Vous attendez justice et réparation en cas de cambriolage ? Votre traumatisme n’intéressera personne et certainement pas la justice occupée à discuter du bien-fondé de la légitime défense…

Ne faites pas l’impasse sur votre protection. Ne faites pas l’économie de vous épargner une expérience traumatisante. La situation concernant les cambriolages est apocalyptique et ce n’est pas en regardant ailleurs qu’elle va changer. La pensée magique ne vous sera d’aucune aide en l’espèce.

Un manque de protection des services de l’Etat ?

Malheureusement, il faut s’inquiéter du fait que la police ou la gendarmerie ne puissent plus assumer leur mission de protection de la population par manque de moyen. Peut-être que demain si vous appelez la police pour une urgence, vous devrez auparavant faire un paiement par téléphone pour qu’ils viennent vous secourir ? Au train où vont les choses, ça n’a rien d’une fiction.

Un exemple ? La création d’une brigade cycliste, au sein du commissariat de Moissy-Cramayel-Sénart, rendue possible par le don de 4 VTT et de tout l’équipement par l’hypermarché Auchan du secteur. Une protection à deux vitesses ? Ceux qui pourront bénéficier des dons de grosses sociétés pour équiper la police et ceux qui habiteront des zones oubliées et qui devront endurer la criminalité en silence ?

Informez-vous, protégez-vous et prenez les devants afin d’assurer votre protection car un petit stress aujourd’hui vaut mieux qu’un grand choc demain.

Ça vous a plu ? Dites-le !

0 point
Positif Négatif

Nombre total de votes : 0

Positif : 0

Pourcentage approuvés: 0.000000%

Négatif : 0

Pourcentage vote négatif : 0.000000%

Article présenté par

Entrepreneur et artisan depuis 15 ans, Laurent Criado est également fondateur du magazine leguideimmobilier.com et auteur du Guide pratique de l’achat immobilier et du Guide pratique anti-cambriolage.

Participez à la discussion !

Laisser un commentaire

Chargement…

Chargement…

Commentaires

commentaires

Sénart : Auchan offre des VTT aux policiers pour patrouiller

VTT offerts aux policiers pour patrouiller

rénovation de salle de bain

Rénovation de salle de bain : quel budget ?