in ,

Ouvrir les volets pendant vos vacances : quel risque ?

Ouvrir les volets
Crédit photo : Pixabay

 

Ouvrir les volets pendant les vacances afin de simuler une présence. Chaque été, pouvoirs publics et presse nous abreuvent de conseils et autres astuces pour éviter les cambriolages. Sauf que… Ouvrir les volets en son absence n’est pas, mais alors pas du tout, une bonne idée, comme vous allez le constater.

Avant toute chose, l’effrayante réalité des cambriolages

C’est en été qu’on parle le plus des cambriolages. Comme si le reste de l’année, tout allait bien dans le meilleur des mondes : c’est faux, archi-faux.

Laissez-moi vous rappeler la réalité effrayante des cambriolages. Depuis 2011, les délits touchants aux logements dépassent le million annuel. Autrement dit, en moyenne, un délit est commis toutes les 30 secondes ! Sur les chiffres de 2015, ce sont donc, toujours en moyenne, 2.871 délits quotidiens, été comme hiver.

Les cambriolages sont également de plus en plus violents. Les agressions auprès des personnes faibles deviennent monnaie courante. Même si des effractions dans des logements où résident des familles entières n’effraient plus les voleurs. Si vous suivez mes revues de presse hebdomadaires, vous savez à quel point la situation est catastrophique. Pour ceux qui découvrent ce site, voici un article dans lequel je relate l’histoire d’une grand-mère agressée dans son logement. En pleine journée, pendant sa sieste, alors qu’elle gardait sa petite-fille. Un autre article rapportant le cas d’un père de famille décédé des suites d’un cambriolage nocturne.

Les plans des cambrioleurs sont simples, diaboliques, mais simples. Vous séquestrer et vous torturer dans le but de de vous extorquer cartes bancaires, codes et caches à espèces et bijoux.

Ouvrir les volets pendant ses vacances : quelles sont les conséquences ?

Pour en revenir aux «astuces» anti-cambriolage, il en est une qui vous mènera directement à la minoration ou à la déchéance de tout droit à la garantie « vols et actes de vandalismes » de votre contrat d’assurance multirisques habitation. En d’autres termes, si vous êtes victime de cambriolage, vous ne serez que faiblement indemnisé, dans le meilleur des cas, voire pas du tout. Peut-être que vous pensez être bien couvert. Et peut-être est-ce le cas. Mais, car il y a un mais, ouvrir les volets en votre absence vous mettra en porte-à-faux quant à vos obligations contractuelles. Vous savez, ce gros livret que vous signez sur un coin de bureau chez l’assureur sans jamais le lire, sauf, peut-être, à la suite d’un cambriolage.

Vos obligations, en clair

Parmi vos obligations : en cas d’absence  prolongée, c’est-à-dire plus de 24 heures, vous êtes tenu de fermer toutes les ouvertures de votre logement. C’est pour cette raison que la plupart des contrats distinguent deux périodes d’absence.

Premièrement, en journée, comme vous êtes au travail, vous devez fermer et verrouiller portes et fenêtres au moyen de tous leurs systèmes de fermetures. Autrement dit, si vous laissez une fenêtre entrouverte ou une porte dont le verrouillage n’est que partiel, vous ne respectez déjà plus vos obligations.

Deuxièmement, la nuit, ou en cas d’absence de plus de 24 heures, en plus des obligations ci-dessus, vous devrez, si vous les possédez ou si votre assurance l’exige, actionner tous les systèmes de fermetures complémentaires et/ou alarmes et/ou systèmes de télésurveillance dont la fermeture des volets. Vous allez tout de suite comprendre où je veux en venir. Quel conseil est répété en boucle par des figures d’autorités, police ou gendarmerie, pour vous préserver des cambriolages pendant votre absence ? Faire vivre votre logement et demander à votre voisin, par exemple, d’ouvrir les volets pendant la journée. On peut d’ailleurs le constater dans cet article de Ouest-France où le Major Thierry Le Mée, commandant de la gendarmerie de Loudéac, recommande cette fameuse ouverture de volets pour apporter de la vie.

Dès lors que vous manquez à vos obligations contractuelles, votre assureur n’est plus tenu d’assurer les siennes. Par conséquent, l’assureur a parfaitement le droit de ne pas prendre en charge votre sinistre de cambriolage ainsi que tous les actes de vandalisme collatéraux. Parce que vous aurez fait preuve de négligence de son point de vue.

Inquiétant de voir un tel «conseil» relayé depuis des années

Policiers et gendarmes ne font probablement que relayer les consignes données par leur hiérarchie. Même si je comprends l’idée de faire vivre le logement et, par conséquent, ne pas indiquer qu’il est inoccupé, c’est une idée qui peut coûter cher. Car elle est basée sur une croyance, plus que discutable, qu’un logement occupé repoussera les voleurs. C’est faux, étant donné qu’1 cambriolage sur 3 se fait en présence des occupants.

Si vous suivez ce conseil malheureux et que vous êtes cambriolé, alors vous subirez la double peine : en plus du cambriolage, votre assureur vous opposera un refus d’indemnisation. Grâce à qui ? Grâce aux forces de l’ordre ainsi qu’aux médias.

Concernant les forces de l’ordre, on peut penser qu’elles suivent les ordres venus d’en haut. Ce n’en est pas moins inquiétant, loin de là. Vous imaginez le tableau ? Personne dans les rangs de la police ou de la gendarmerie ne sait ce qu’il en coûte réellement de suivre ce pseudo-conseil.

Quant aux journalistes, c’est tout aussi problématique, car ils sont suivis par des millions de personnes qui leur font confiance. Combien d’articles répandent cette erreur en s’appuyant sur le témoignage d’un policier ou d’un gendarme ? Comme si ce dernier y voyait clair dans le maquis des contrats d’assurance… Finalement, le métier de journaliste n’implique t-il pas de vérifier la fiabilité et la justesse des informations qu’il diffuse ?

Pas d’astuces, mais de vrais conseils dans mon guide

Le problème de l’ouverture des volets en votre absence est abordé en page 62 de mon guide. Je ne suis ni policier, ni gendarme, ni assureur. Je fais simplement bien mon travail d’enquête quand j’explore un sujet, bien que ce travail de recherche est souvent long. C’est pourquoi je vous informe que cette exclusion de prise en charge du sinistre s’applique également aux systèmes domotiques permettant de gérer vos volets à distance.

De même, lorsque la nuit, vous laissez des volets ouverts et que vous êtes cambriolé pendant votre sommeil. Si vous avez de la chance, les cambrioleurs ne vous réveilleront pas. Dans le cas contraire, vous comprendrez précisément ce qu’est un cambriolage violent.

Interrogez votre assureur afin d’obtenir son accord

Pour toutes ces raisons, si vous souhaitez tout de même suivre ces conseils, je vous conseille d’interroger votre assureur par écrit et d’attendre sa réponse, par écrit également. Selon sa réponse, vous pourrez peut-être demander à un tiers de confiance d’ouvrir les volets en votre absence. De cette manière, vous serez protégé car sa réponse écrite l’engagera.

Le guide pratique anti-cambriolage, c’est 18 mois d’enquête pendant lesquels toutes les informations concernant les cambriolages ont été recueillies, décortiquées, traitées, analysées. 18 mois pendant lesquels j’ai validé toutes les informations, écrit et corrigé des dizaines de fois un manuscrit pour finalement aboutir à la version définitive de cet ouvrage.

Comme mentionné par ailleurs, c’est le seul guide pratique existant sur le sujet des cambriolages. Non seulement j’apporte une vision globale au problème de la sécurité des logements, mais je vous donne également des stratégies précises afin de protéger votre foyer. Fini le temps où chacun parle uniquement de son domaine d’expertise ou prêche pour sa paroisse dans l’intention de vous vendre ses produits.

Pas de confiance aveugle

Le but de cet article n’est pas de provoquer une polémique, mais bel et bien de vous alerter quant à la dangerosité de «conseils» aux lourdes conséquences financières.

Pour clore cet article, je citerai le Général Pierre de Villiers, Chef d’Etat-major des Armées :

«Je terminerai par une recommandation. Parce que la confiance expose, il faut de la lucidité. Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d’être aveuglément suivi. (…)».

Pensez-y lorsque vous lirez les astuces glanées dans un article de presse rédigé rapidement et qui a la prétention de vous expliquer comment éviter les cambriolages. Ouvrir les volets pendant vos congés n’est donc pas une bonne idée.

Ça vous a plu ? Dites-le !

5 points
Positif Négatif

Nombre total de votes : 5

Positif : 5

Pourcentage approuvés: 100.000000%

Négatif : 0

Pourcentage vote négatif : 0.000000%

Article présenté par

Entrepreneur et artisan depuis 15 ans, Laurent Criado est également fondateur du magazine leguideimmobilier.com et auteur du Guide pratique de l'achat immobilier et du Guide pratique anti-cambriolage.

[g1_socials_user user="1" icon_size="28" icon_color="text"]

Participez à la discussion !

Laisser un commentaire

Chargement…

Chargement…

Commentaires

commentaires

Les cambriolages ont toujours existé

Les cambriolages ont toujours existé

Changer de fenêtres

Changer de fenêtres : que faut-il savoir ?